La comptabilité, utile ?

Ecrire, prendre le temps de structurer une idée. Ce blog en a manqué ces derniers temps. Pour reprendre quelques couleurs, deux sujets vont se croiser dans ce petit article très général. Le premier vient honnorer le CNAM (Conservatoire National des Arts et Métiers) et ses auditeurs qui forcent le respect. Le second met en lumière une compétence relativement ennuyeuse pour les dirigeant d’entreprise que je rencontre, mais pourtant fort utile financièrement : la comptabilité.

Le CNAM

On m’avait parlé des “cours du soir” comme d’un obscure programme, suivi par quelques volontaires soumis aux sacrifices personnel, professionnel et familial. En m’inscrivant au CNAM pour confronter ma pratique et mon expérience de la comptabilité au cadre théorique requis pour en assurer la responsabilité, c’est un peu cela que j’étais venu chercher. Loin des bancs des grandes écoles, de leurs plaquettes marketing innovantes, de leur service communication personnalisé, j’ai rempli quelques formulaires de circonstance dans un bureau CNAM anonyme de province. J’étais alors devenu un auditeur du CNAM.

 

Dans l’ombre, de nombreux auditeurs de tout âge s’échinent à se former, se reformer, se déformer, apprendre en continue, maintenir la mobilité et leur employabilité. J’ai rencontré là, dans les classes d’examens du CNAM, des personnes qui ont démontré une volonté forte et résiliente de changement à peu de frais. Le CNAM offre cette opportunité. Au delà, et je pense ici aux drames que pourrait générer la perte d’un emploi dans un foyer fragile, il tient à chacun(e), quelque soit sa localisation, ses moyens, sa situation, de privilégier une formation CNAM plutôt qu’une dépense inutile.

La comptabilité

Le livre Rich Dad, Poor Dad, de Robert T. Kiyosaki, met en exergue la différence entre actif et passif, notamment dans l’acquisition d’un bien immobilier, et particulièrement une résidence principale. Beaucoup de personnes que je rencontre pensent que l’achat à crédit d’un logement est un investissement. L’éducation financière passe ici par une connaissance en comptabilité. Simple mais pourtant si utile, comprendre ce qu’est un actif, un bilan, un résultat, un flux de trésorerie et comment tout ce petit monde communique demeure essentiel pour penser l’investissement.

Maîtriser la comptabilité, c’est aussi savoir juger les résultats des entreprises et par conséquence mieux appréhender leur valorisation. L’actualité nous rappelle que certaines valorisations “equity” frolent l’insolence. Tous les jours émergent des communications sur des levées de fonds spéctaculaires. Des sourires sur les photos, des pouces levés, une cohésion affichée et bien contrôlée, et des millions injectés pour des valorisations toujours plus élevées. Récemment, l’IPO de Uber ou le camouflage de WeWork ont remis un peu de mesure dans cette inflation de valeurs. Pour investir, la comptabilité permet de mieux nager.